Ne plus passer inaperçu·e

Le Tatouage facial : entre fascination et rejet



Mars 2021

Actes de journée d'études

Citation

Kévin Bideaux, 2021. « Ne plus passer inaperçu·e. Le Tatouage facial : entre fascination et rejet », in Journée des doctorant∙e∙s 2018 : Passages et Transgressions. Actes de journée d’études (Saint-Denis, 15 mai 2018). Saint-Denis, Université Paris 8.


Résumé

Le tatouage est l’une des modifications corporelles (bodmods) les plus étendues de par le monde, pourtant, on ne se tatoue pas le visage comme on se tatoue le bras, car le visage est public et est étroitement lié à l’identité de la personne. L’acte de transformation devient alors sujet de discussions sur ce que l’on peut faire ou non du corps, qui aboutissent surtout au rejet des individu∙e∙s. En effet, même si la relation aux bodmods a évolué, elles ont toujours une connotation sociale péjorative, et le tatouage facial se présente comme une limite à ne pas franchir sous peine de créer une rupture sociale définitive. À partir d’une sélection d’entretiens (formels et informels), il s’agira de regarder comment le tatouage facial participe à la fois de la transformation du corps et du rapport aux autres. Nous verrons en quoi ce passage d’un état à un autre est vécu de l’extérieur comme une transgression des normes sociales, alors que pour la personne tatouée il ne s’agit que de devenir soi.

 

Abstract

The tattoo is one of the most extensive body modifications (bodmods) in the world. However, we do not tattoo the face as we tattoo the arm, because the face is public and is closely linked to the identity of the person. The act of transformation then becomes the subject of discussions on what can and cannot be done with the body, which mainly results in the rejection of individuals. Indeed, even if the relationship with bodmods has evolved, they still have a pejorative social connotation, and facial tattooing presents itself as a limit not to be crossed at the risk of creating a definitive social rupture. Based on a selection of interviews (formals and informals), it will be a question of looking at how facial tattooing contributes both to the transformation of the body and to relationships with others. We will see how this transition from one state to another is experienced from the outside as a transgression of social norms, while for the tattooed person it is only a question of becoming oneself.